#FRANCE Une femme handicapée a été agressée hier, c’est une fille de 12 ans qui est venue à son secours.


Les violences à l’égard des femmes sont intolérables mais elles le sont encore plus quand il s’agit d’une personne en situation de faiblesse.

Il s’agit ici de violences à la fois grossophobes, racistes, misogynes et validistes.

L’inaction des témoins est révoltante, comment peut-on ne pas aider une personne en danger ?

Comment se fait-il que seule une fille de 12 ans soit venue à sa rescousse ?

Une réelle prise de conscience collective est indispensable si l’on souhaite que les femmes puissent librement circuler dans l’espace public.

De la même manière, les espaces publics doivent être accessibles pour les personnes à mobilité réduite. Comme c’est très bien expliqué dans le témoignage, elle ne pouvait même pas fuir à cause de la configuration des lieux.

« Bonjour à tous!

Je vous raconte ma journée de merde d’hier et je ne suis pas prête de sortir et de m’en remettre et je suis énervée, en colère, en larmes, dépitée…

Il me fallait vider mes larmes au moins 24H avant mon récit.

Hier matin je devais me rendre à un rdv professionnel important en ville. J’ai pris le tramway a mon arrêt et avant l’arrêt suivant un gars s’est déplacé et est venu à moi pour me dire « bonjour, vous êtes charmante ». Je lui ai répondu sèchement merci pour être polie et j’espérais qu’il me foute la paix surtout qu’il me fallait encore le supporter 6 arrêts de plus pour être au lieu de mon rdv.

Quelques minutes après il revient à la charge et me dit avec une voix lubrique et un sourire en coin:
« en plus sexyyyyyyy, vous êtes vraiment charmante ».

Je lève la tête et je réalise qu’il fait ce que pleins de mecs font avec moi en été, il reste volontairement debout pour pouvoir mater ma poitrine vu que je suis en fauteuil électrique et que forcément on est en mode vue contre plongée pour les valides. L’été est la période où je sors le moins, j’évite en tout cas au maximum les transports en commun ou toute situation d’attente dans une queue à la caisse ou ailleurs… Bref!

Saoulée et écœurée je décide de descendre du tram 3 arrêts avant celui auquel je devais descendre. Je voulais rouler jusqu’à mon rdv et décompresser car j’en avais déjà gros sur le cœur.

Le mec décide de descendre aussi et là c’est l’enfer.
Il me demande mon numéro de téléphone, je refuse. Il insiste lourdement et je lui demande de me laisser bouger. Je précise qu’il y avait des gens à l’arrêt dont une petite fille de 12-13ans et vous allez comprendre pourquoi je le précise tout à l’heure.

Le gars commence à s’énerver à cause de mon refus de lui donner mon numéro et il bloque mon fauteuil, se baisse un peu à mon niveau, me regarde dans les yeux et commence à m’insulter en disant je le cite
 » sale pute, sale allumeuse, espèce de grosse vache tu n’es qu’une pute, tu devrais être contente que quelqu’un te drague grosse comme tu es, espèce de pute, de garce, sale noire de merde ». Il donne un coup dans mon fauteuil, me fait un doigt d’honneur et continue ses insultes. Tétanisée je n’ose pas répondre et pourtant de la reparti j’en ai et certaines d’entre vous le savent. En fauteuil on est vulnérable encore plus que quand on est valide. J’ai déjà été agressée il y a des années et poussée sur les rails du tram et j’en suis sortie avec des cotes fêlées donc je ne voulais pas revivre la situation.
J’ai pris sur moi et je l’ai laissé m’insulter car j’étais morte de trouille et même si avec mon fauteuil je peux aller vite, un valide en me courant après peut quand même me rattraper.
J’ai pris sur moi, en larmes et totalement paniquée et la seule personne gentille fut cette petite fille de 12-13ans qui lui dit « Mr vous n’avez pas le droit d’insulter la dame. Vous êtes méchant ». J’ai doublement flippé qu’elle s’en prenne une et je lui ai demandée de se taire car je craignais qu’il la frappe. Il était un peu éméchée mais suffisamment lucide pour savoir ce qu’il faisait donc c’était sure que la gamine allait avoir des pb.
J’ai dit à la gamine que j’allais me débrouiller et que je préférais qu’il continue à m’insulter.
Finalement il s’est décidé à partir sans une petite insulte pour la route qui est « salope de merde qui se la raconte pour rien ».

Après son départ je n’étais plus en état pour me rendre à mon rdv professionnel (qui est censé déboucher sur un truc énorme) donc j’ai attendu le tram pour rentrer chez moi. Je précise qu’à l’arrêt où l’agression a eu lieu une femme qui a tout vu et qui a évité de s’en mêler m’a dit avec une pseudo compassion « c’est dingue ce que les gens sont mal élevés ».

Elle, elle fait entendre sa voix après la guerre.

Pour montrer qu’elle a du cœur elle a tenu la porte du tram qui arrivait et que je devais prendre pour rentrer et elle m’a assénée pendant que je rentrais dans le tram l’éternelle phrase débile que j’entends à longueur de temps « bon courage ma ptite dame ».
La petite fille a pris son tram dans le sens et je me suis inquiétée pour elle mais elle force l’admiration quand même.
Les autres personnes à l’arrêt n’ont rien fait, je le précise.

Histoire d’aller au bout de l’enfer, j’arrive à mon arrêt, je descends et 3 mecs noirs me disent « waaa la jolie lady mais on vous a déjà vue dans le quartier Non.? » Un d’entre eux enchaînent et me dit « hé ma soeur réponds non, c’est quoi? ».

Bah oui entre noirs nous sommes tous frêres et sœurs et forcément coucher avec sa « prétendue soeur » c’est normal.

J’appuie vitesse 5 sur mon fauteuil et je trace mais je les entends shipper derrière. C’est une manière d’insulter propre aux africains que je n’ai pas le temps de développer mais vous connaissez tous forcément.

Voila c’était ma journée de merde. Si quelqu’un a des idées pour que je n’ai plus peur de sortir je suis partante. Je ne vais quand même pas vivre en prison et dépendre de ma famille, mon compagnon pour sortir à chaque fois.
Là tout de suite j’ai envie de mourir, de mettre fin à ma vie car je suis fatiguée et que je ne peux pas toujours être en panique à chaque fois que je sors.

Je ne suis pas une féministe, et je ne cherche pas particulièrement à mener des combats en me victimisant, mais Je veux juste que quelqu’un me dise comment on fait quand on est agressée, en fauteuil, incapable de courir, de se réfugier dans un lieu car le bâtiment le plus accessible n’est pas tout proche et que ça laisse à l’agresseur le temps de vous violenter.

Ce que j’ai vécu est typiquement l’ex pour lequel j’en ai strictement rien à faire de l’émission cam clash.

Mon compagnon est dégoutté, ma soeur, mes amies, n’en parlons même pas. Tout le monde a peur que je sorte seule maintenant.

Moi je veux juste disparaître.

Ps: J’ai voulu aller à la police mais je dépose plainte contre qui???? »

Bravo à elle pour son courage et merci de ce témoignage.
Nous lui apportons tout notre soutien.

Publicités

2 réflexions sur “#FRANCE Une femme handicapée a été agressée hier, c’est une fille de 12 ans qui est venue à son secours.

  1. Bonjour. Votre récit est bien entendu révoltant et je m’afflige un peu plus chaque jour à mesure que les témoignages similaires au votre se multiplient. L’inaction est un vice qui semble bien répandu, et malheureusement, en attendant que notre espèce ne se réveille de sa lâcheté, il faut envisager des solutions « débrouille ». Pratiquante de Krav Maga, et très sensible au phénomène de harcèlement de rue, j’ai consulté mon professeur et qq camarades.

    La première réponse qui nous vient évidemment: crier, hurler, parler fort, faire exploser votre peur NON PAS DANS LA TÉTANIE, mais dans l’INTERPELLATIOn, de votre agresseur, et des témoins. Les agresseurs, surtout ceux de la gamme minable qui s’en prennent à une personne à mobilité réduite telle que vous, n’ont guère de courage, ils tirent leur « force » de votre peur, ils ne s’attendent pas à la moindre réponse, tant ils se sentent en toute puissance quand ils agissent. Ils aboient tels des chiens, et la seule façon de les faire taire, c’est « d’aboyer » plus fort qu’eux pour les remettre à leur place.

    J’ai bien sur conscience de la difficulté que représente le fait de se défendre, que ce soit verbalement ou physiquement. Mais il s’agit de savoir où est son droit, où est sa légitimité.
    Votre droit, c’est de répondre quand on vous importune, c’est le droit de chacun.
    Vous risquez de vous faire violenter d’autant plus me direz vous.. C’est possible oui. Mais comment ressort on d’une bagarre en s’étant défendu? avec des bleus et la rage, mais avec la fierté et le courage de se défendre encore. A contrario, comment ressort on d’une agression où nous sommes restés muets en laissant la vermine partir sans rien dire? avec la peur, parfois la honte, et certainement le sentiment d’être faible, victime et proie aujourd’hui et encore demain.

    Le deuxième élément de réponse, pragmatique, bien que potentiellement illégal: la bombe lacrymogène, ou le Taser à poings caché sous votre siège. Je cite mon professeur: « Elle doit remplacer son handicap par quelque chose de persuasifs quitte à avoir des problèmes avec la justice pour le port dune arme de 6 eme catégorie . Mieux vaut avoir des problèmes avec la justice que de finir à l’hôpital ».
    Je ne suis personnellement pas très fan, j’ai qq doutes sur l’efficacité d’une bombe lacrymo, et le port d’un taser comporte peut être qq risques en cas de mauvais usage. Mais il s’agit de prendre les mesures à hauteur de votre sentiment d’insécurité.

    Une troisième suggestion, disposer d’un autre système d’alerte, d’alarme quelconque, disposé à portée sur votre siège, un bouton poussoir libérant une forte décharge sonore. Alertant ainsi les témoins de l’urgence de vous porter secours, et une fois encore, surprenant votre agresseur.

    Etre victime, à mon sens est surtout une question d’état d’esprit. Votre handicap, au même titre qu’une petite taille, une frêle musculature, vous affaiblit physiquement, mais PHYSIQUEMENT UNIQUEMENT. Vous pouvez décider que ce genre d’attitude ne vous traumatisera plus, que vous répondrez, et que vous aurez confiance en vous dans ce moment là. Vous serez dans votre plein droit, et le misérable personnage en face de vous ne sera qu’un crétin sans but et sans honneur à qui vous révélerez, en lui parlant franchement et avec fermeté, ce qu’il est vraiment.

    Exercez vous, mettez vous face au miroir, et exprimez haut et fort ce que vous auriez dû lui dire à cet abject minable qui vous à agressé. Exercez vous, car être convaincant dans ses propos face à la peur, prendre confiance en soi, cela se travaille.

    Informez vous et Engagez vous si le harcèlement de rue et plus globalement le harcèlement réservé aux femmes vous retourne l’estomac, s’il fait grandir en vous la rage, s’il vous inspire l’envie de crier haut et fort ce qui vous révolte.. si vous vous sentez la force de travailler sur l’éducation de nos futures générations à plus de respect, et plus d’humanité.. Car le chemin est long!

    Je vous joins un ensemble de références glanées ces derniers mois, vous n’êtes pas seules, nous sommes nombreuses et nombreux à avoir conscience, voire à agir, pour que les fléaux de l’incivilité, la violence morale et physique soient éradiqués:

    http://morpheen.canalblog.com/archives/2014/06/03/30000617.html
    http://projetcrocodiles.tumblr.com/
    http://www.madmoizelle.com/motsclefs/harcelement-de-rue
    https://www.facebook.com/stopharcelementderue
    http://www.editions-zones.fr/spip.php?page=lyberplayer&id_article=60

    Courage, reconstruisez vous bien, à l’aide de votre famille et petit ami.

    Amicalement,

    Kelly

Partagez un avis ou une information

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s