#NIGERIA Des femmes à la recherche des 234 lycéennes enlevées


Le 15 avril 2014, 234 lycéennes nigérianes étaient enlevées au nord du pays par des miliciens de Boko Haram.

« But I feel the principal should have known that the military would not come to a place like that at the time they did to evacuate students to safety without having one or two of the officers who would be known to the school authorities. »

Les miliciens se sont présentés comme étant des militaires en mission de protection et ont ainsi pu emmener les élèves.

Ce groupe, dont le nom signifie « l’éducation occidentale est un pêché », a à son passif l’enlèvement et la réduction en esclavage sexuel de centaines de femmes et de filles.

Des mères de jeunes lycéennes kidnappées à Chibok dans l'Etat de Borno, dans le nord-est du Nigeria, le 22 avril. | REUTERS/AFOLABI SOTUNDE

Des mères des jeunes lycéennes kidnappées dans le nord-est du Nigeria REUTERS/AFOLABI SOTUNDE

Cette attaque vise alimenter leur vivier de défouloirs sexuels et de boucliers humains mais est également une menace directe à l’éducation des filles nigérianes en tentant de saper leur volonté d’aller à l’école puisque leur sécurité y est désormais menacée. De plus, il s’agissait de la dernière école encore ouverte dans la région. Elle est désormais détruite.

Une attention particulière sur l’éducation des filles, que ce groupe voit comme une menace, est pourtant essentielle alors que le taux d’alphabétisation des jeunes femmes femmes n’est que de 58% contre 75% contre les jeunes hommes (source Unicef).

# # # #

Le groupe féministe Baobab for Women’s Rights appelle les autorités (dont l’immobilisme est dénoncé par les parents) à mettre en place tous les moyens permettant de retrouver les lycéennes et à sécuriser les institutions scolaires.

Comme l’indique Hauwa Biuporte-parole du mouvement, ces femmes sont prêtes à se rendre directement auprès de Boko Haram pour réclamer le retour des otages et indique qu’elles mettront tout en oeuvre afin de les aider à dépasser la stigmatisation sociale dès lors qu’elles seront libérées.

« We are ready to go into the forest and search for the girls. In fact, we are prepared to risk our lives and get up to Boko Haram camp and appeal to them to release the children to us so that they can re unite with their parents. […]

There is nothing extraordinary in our quest to enter the dangerous forest. We learnt that some men in Chibok had earlier embarked on such mission, which later turned out to be fruitless. »

« Nous sommes prêtes à partir dans la forêt à la recherche des lycéennes et à risquer nos vies en nous rendant directement auprès de Boko Haram pour leur demander de nous confier les enfants afin de réunir ces familles. 

Aller dans cette forêt dangereuse n’a rien d’extraordinaire, des hommes de Chibok ont fait la même démarche mais sans succès. »

Les chiffres du nombre d’otages a beaucoup évolué et le flou règne sur leur nombre exact. Une première estimation de 100 lycéennes avait été évoqué mais au total 234 d’entre elles manquent à l’appel. Une cinquantaine a réussi à s’échapper.

Le témoignage de Godiya Usman est poignant. Sa cousine et elles faisaient partie des otages et l’un des ravisseurs a pointé une arme sur elle car sa cousine pleurait. Elle a enjoint ses compagnes à s’enfuir lors du prochain arrêt du groupe au village suivant.

Lorsque le convoi s’est arrêté, les miliciens ont commencé à tirer sur les villageois et Godiya a sauté du camion en espérant que d’autres l’imiteraient. Hélas, ce ne fut pas le cas et elle s’est enfuie seule dans les bois. C’est alors qu’elle a rencontré l’un des groupes de parents qui cherchaient leurs filles.

à partir de 4mn30

# # # #

Quelles sont les actions menées par les autorités pour les libérer et pourquoi si peu de réactions de la communauté internationale ? Le sort de 234 femmes noires a donc si peu d’importance ?

Des combats ont eu lieu hier près du lieu dans lequel elles sont séquestrées mais il n’est pas certain que l’attaque ait pour but de les libérer. S’agit-il d’un concours de circonstances, sont-elles toujours vivantes ?

sources

Boko Haram menace d’exécuter les lycéennes enlevées si les recherches continuent, Afrik.com

Boko Haram menace d’exécuter les lycéennes si les recherches continuent, All Africa (en anglais)

Qu’ont-ils fait de nos filles ?, Nigerian Tribune (en anglais)

Nous irons plaider auprès de Boko Haram, DailyPost (en anglais)

Pourquoi Boko Haram kidnappe des filles ?, PBS Newshour ‘(en anglais)

Les familles des lycéennes enlevées perdent espoir, The Guardian (en anglais)

Boko Haram réduit les femmes et les enfants en esclavage, Human Rights Watch (en anglais)

Publicités

2 réflexions sur “#NIGERIA Des femmes à la recherche des 234 lycéennes enlevées

  1. Pingback: NIGERIA DES FEMMES À LA RECHERCHE DES 234 LYCÉENNES ENLEVÉES | Sans Compromis

Partagez un avis ou une information

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s