FRANCE # Le rôle des intellectuelles antillaises dans la création de la négritude, par Christine Dualé


Paulette Nardal, militante martiniquaise

Paulette Nardal, militante martiniquaise

A voir, cette vidéo très intéressante d’environ 25 minutes dont voici une brève présentation.

Après avoir évoqué la généalogie masculine du concept de négritude, dans la France des années 30, par les intellectuels noirs francophones (Damas, Césaire, Senghor…), cette communication s’intéresse à la généalogie féminine de la négritude.

En effet, développant les thèmes des écrivains américains de la « Harlem Renaissance » (The New Negro, Alan Locke, 1925), les écrivaines antillaises Suzanne Lacascade, Paulette et Jane Nardal ainsi que Suzanne Césaire contribuèrent, dès 1924, à construire et à faire reconnaître une identité nègre.

Elles publient, notamment dans La Dépêche Africaine, La Revue du Monde Noir et Tropiques, des textes qui dessinèrent les contours d’un humanisme du monde noir francophone, autour des questions coloniales, de « l’éveil de la conscience raciale », de la place des noirs dans la société française de l’époque, de l’assimilation, du métissage culturel, etc. Le rôle de ces intellectuelles avant-gardistes, qui participèrent aussi au développement de la littérature caribéenne, reste très méconnu. source Recherche Isidore

Articles à lire

Les Grandes Oubliées de la Négritude : Cas de Paulette Nardal

Pour une approche genre de la négritude : contribution féminine à la pensée césairienne

Publicités

Partagez un avis ou une information

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s